Et si votre enfant souffrait de troubles de l’oralité?

trouble-de-loralite-enfant-qui-refuse-de-manger

A l’approche des fêtes et des longs moments de repas passés à table, je me suis dit que c’était le moment de vous parler de ces difficultés alimentaires bloquantes pour l’enfant au point de ne pouvoir ni toucher, ni regarder ni manger un aliment.

  • Les symptômes du trouble de l’oralité 

Si votre enfant a des troubles de l’oralité, vous savez  à quoi ressemble un repas : ça n’est pas un moment de plaisir pour votre enfant et de fait pour vous. Vous venez même à appréhender ces moments puisque vous savez qu’une fois de plus, votre enfant s’opposera à vous. Vous savez que malgré cette volonté de bien faire pour écraser le moindre petit morceau dans la purée, il va encore regarder son plat avec un air de dégoût et le repousser avant même de l’avoir goûter. Les uns vous diront que c’est vous qui contractualisez la situation parce que vous êtes vexée en tant que mère parce que votre enfant ne mange pas ce que vous avez préparé. Les autres vous affirmeront qu’il ne faut pas céder et que votre enfant cherche à vous embêter (bah normal, vous êtes sa mère)  et qu’il veut juste choisir ses aliments. Mais vous, dans tout ça? Et bien vous savez, au fond, que votre enfant ne joue pas la comédie et que derrière ces crises pour ne pas manger, il y a une vrai souffrance. Vous vous rappelez de ces jours d’été où,  contrairement aux autres enfants, le votre , n’a jamais voulu croquer dans une fraise ou une framboise ; de ce séjour à la plage pendant lequel votre bébé n’a jamais voulu poser un seul doigt de pied sur le sable ; de ce jour où il n’a pas voulu toucher la pâte à modeler….

Mais ce qui vous fait douter, au fond, c’est qu’il ne refuse pas tout. Il accepte à présent de manger des protéines (viande, poisson) non mixés et même des pommes de terre surgelées. Et puis il y a aussi tout votre entourage qui vous dit que votre enfant fait des caprices, ces moments où aller prendre le goûter chez des amis ou préparer un repas familial deviennent un calvaire. Tout le monde vous juge et vous devez en plus passer des heures à vous justifier de devoir adapté le menu pour votre enfant pour qu’il puisse manger.

Il y a différents niveaux de troubles de l’oralité : cela peut aller du refus de manger un certains type d’aliments seulement ou des légumes parce qu’ils sont verts.

Enfin, chez la plupart des enfants, les troubles se révèlent au passage à l’alimentation avec morceaux (hors plats préparés).

  • Que faire?

Mettez votre enfant en confiance et ne cherchez pas à lui dissimuler des morceaux dans sa purée. Il les trouvera et ça ne fera pas avancer la situation.

Soyez patientes. Ne forcez pas votre enfant à manger mais ça le bloquerai. Ne le sortez pas de table, c’est ce qu’il souhaite. Proposez lui une activité à table comme du coloriage pour qu’il apprenne à apprécier le moment du repas avec vous. Expliquez la situation aux frères et sœurs pour éviter que la situation ne devienne ingérable.

Dans les troubles de l’oralité, le toucher joue un rôle essentiel. Essayez de faire des activités qui permettent peu à peu à l’enfant de faire connaissance avec les différentes textures : sable (Super Sand ou semoule à transvaser dans des pots), pâte à modeler (avec des gabarits pour découper des personnages), balles sensorielles comme les modèles Ludi ICI et ICI (attention, cela peut fortement incommoder votre enfant donc allez y avec prudence et ne laissez pas l’objet dans son champ de vision tant qu’il n’y sera pas familiarisé), massage (en insistant sur les zones pieds et des mains).

Ne culpabilisez pas et faites de votre mieux. Ces troubles concernent un tiers de la population et il vaut mieux les résoudre chez le jeune enfant que d’avoir un adulte en souffrance qui n’appréciera jamais les temps de repas.

Être soutenue par le papa, car évidemment, un enfant reste un enfant et peut jouer de vos désaccords pour obtenir ce qu’il veut, à savoir, ne pas manger ce qui l’effraie.

Essayez les plats préparés pour enfants comme les plats Blédichef qui contiennent des morceaux fondants. Ici, Blédina a été notre fournisseur officiel pendant 3 ans…

  • Les spécialistes à consulter

Ici, nous avons consulté une orthophoniste spécialisée en troubles de l’oralité mais vous pouvez également trouver de ‘laide auprès d’un psychomotricien ou un psychologue spécialisé.

Fuyez les professionnels non spécialisés, ils vous diront que ce sont des caprices et qu’il faut laisser votre enfant devant son assiette tant qu’il n’aura pas mangé.

  • L’avis de BoutdeZou

Je suis passée par toutes ces étapes et je remercie ces copines qui ont su être de vraies soutien pour moi sans jamais me juger ni moi, ni mon enfant, ces membres de ma famille qui ont accepté de ne pas forcer ma fille à manger. Découvrir ce trouble a été un immense soulagement pour moi. J’ai enfin pu mettre des mots sur tout ce que je vivais. Aujourd’hui, la situation est apaisée, ma mini met le doigt dans le plat pour finir la pâte à gâteau et a croqué dans sa première pomme il y a  3 mois, me faisant verser une petite larme de joie…

 

 

Facebooktwittermail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *